Incontestablement, la région des Caraïbes demeure une destination incontournable pour l'amateur de plongée  féru de diversité, car la faune aquatique qui habite ses eaux réserve toujours de belles sensations au plongeur curieux, patient et attentif. Néanmoins, pour l'amateur qui a multiplié les plongées à Bonaire, Cozumel, Cuba, République Dominicaine, Roatan, San Andrés, etc., arrive inéluctablement le moment où les possibilités de rencontres avec des espèces qu'il n'a encore jamais croisées s'amenuisent et où l'appel de la nouveauté devient irrésistible. Pour apaiser sa soif d'exotisme marin, notre groupe de 13 plongeurs  s’est donc embarqué sur le tout premier vol direct de Sunwing à destination de Cabo San Lucas, à partir de Montréal, en novembre .

Situé à l'extrême pointe sud de la Basse-Californie, au Mexique, Cabo San Lucas est une ville construite sur mesure pour le touriste américain qui abhorre le dépaysement. Vous aurez deviné, les McDonald, Pizza Hut, 7-Eleven et autres établissements emblématiques des États-Unis y ont tous pignon sur rue. N'empêche, l'emplacement de la ville est enchanteur, ne serait-ce qu'en raison de la somptueuse formation rocheuse El Arco (l'Arche) qui, telle une balise au milieu de l'océan, semble signaler la jonction des eaux du Pacifique avec celles de la mer de Cortès.
Pour notre semaine de plongée, nous avions préparé un programme riche en perspectives avec Hagai, sympathique gérant de l'excellent centre de plongée Manta Scuba. Outre les plongées locales, dont la plupart s’effectuent dans le voisinage d'El Arco, nous avions prévu nous rendre également à La Paz pour nager avec les requins-baleines et plonger avec les lions de mer. Autres endroits retenus, Gordo Banks pour aller à la rencontre des requins-marteaux et  Cabo Pulmo pour explorer le plus septentrional des récifs de corail de l'est du Pacifique.
Toutes les plongées dites « locales » ont lieu dans le parc marin de Cabo San Lucas, ou encore dans le « corridor touristique », soit la zone qui s'étend de Cabo San Lucas à San José del Cabo. Pour ces plongées, Manta Scuba a mis à la disposition exclusive de notre groupe un grand bateau tout neuf capable d'accueillir confortablement une vingtaine de personnes. En outre, trois excellents guides nous accompagnaient en tout temps. Parmi eux, Kiki, Charles, Julian et Claire. En leur compagnie, nous avons eu l'occasion de croiser des lions de mer, murènes, raies, sébastes, balistes, poissons-anges, perroquets à bosse, poissons-pierres, tétrodons, capitaines, pieuvres, poissons-chirurgiens, hippocampes, concombres de mer, étoiles, langoustes, etc. Nous avons même pu apercevoir des cormorans palmant frénétiquement sous l'eau, en quête d'une proie! Bref, bien que les sites de plongée à Cabo même ne soient pas légion, la diversité de la faune qui fréquente le secteur demeure somme toute appréciable. Nous aurions cependant souhaiter faire la rencontre tant espérée avec le banc de raies Mobula qui rôde régulièrement dans les environs à cette période de l'année, mais le hasard en a voulu autrement.
N'empêche, d'autres sorties prévues pendant la semaine allaient nous réserver de belles surprises, à commencer par cette excursion à La Paz, capitale de la Basse-Californie, située à environ deux heures de route de Cabo. Une fois sur place, nous sommes montés à bord de deux petites embarcations très rapides pour aller à la rencontre des requins-baleines, dans une baie voisine. À peine étions-nous arrivés que déjà l'une de ces superbes créatures se sustentait nonchalamment de plancton en surface. Nous avons sauté à l'eau illico pour aller suivre cet énorme poisson dans ses déplacements. Cependant, l'ayant perdu trop rapidement dans les profondeurs de l'océan, nous avons dû remonter sur le bateau pour repartir à la recherche d'un confrère. Heureusement, l'attente fut de courte durée et nous avons eu le loisir de nager de très longues minutes aux côtés d'un autre magnifique spécimen. Même si, à cette période de l'année, seuls les jeunes requins-baleines sillonnent les eaux de la région, l'expérience n'en demeure pas moins grisante. La seule vue de l'un de ces inoffensifs géants des mers se dirigeant gracieusement vers soi, gueule béante, est un ravissement hors du commun.
Tout de suite après cette activité mémorable, nous avons mis le cap sur Isla Los Lobos, site de la plus grande colonie de lions de mer de la mer de Cortès. Malgré la rapidité des bateaux, il nous a fallu près d'une heure et demie pour parvenir à destination, mais la beauté sauvage du paysage a bien fait de nous faire oublier ce léger inconvénient. Et qui plus est, une plongée exceptionnelle nous attendait en bout de parcours. En effet, une fois immergés, nous avons suivi le guide vers l'intérieur d'une petite grotte où nous avons eu droit à un accueil des plus chaleureux de la part d'une bonne dizaine de lionceaux de mer bougrement enjoués. D'ordinaire, les « lionnes » n'hésitent pas à repousser les plongeurs lorsque leurs petits s'aventurent trop près de ces derniers. Cette fois, cependant, elles sont restées à l'écart tout au long de la plongée, à notre plus grand bonheur. Pendant près d'une heure, les lionceaux se sont amusés à nos dépens en mordillant nos mains, palmes, tubas, ordinateurs, cheveux, appareils-photos, enfin toute protubérance susceptible de capter leur attention. Nul besoin de préciser que la plongée en costume d'Adam en leur compagnie est forcément proscrite! À un certain moment, l'un de nous était assailli à la fois par cinq lionceaux qui l'agrippaient subrepticement de tous côtés. Hallucinant! Avant de regagner La Paz, nous avons fait une halte sur une plage reculée et paradisiaque située à proximité d'Isla Los Lobos pour avaler une bouchée. Encore fébriles, nous étions conscients que, cette journée-là, nous venions de poser les lèvres sur les joues délicates du bonheur absolu.
Si notre excursion à La Paz nous a galvanisés, celle à Gordo Banks nous a laissés sur notre faim. Situé au large de Cabo San Lucas, à environ une heure de bateau, le site est en fait un mont sous-marin dont la cime baigne à une profondeur d'environ 130 pieds. Ce lieu attire normalement une grande variété de poissons pélagiques, et plus particulièrement des hordes de requins-marteaux, raison première de notre visite à cet endroit. Malheureusement, les requins ne se sont jamais pointé le marteau, ni à la première ni à la seconde plongée. Nous étions bien évidemment déçus, mais nous nous y attendions un peu étant donné qu'ils brillaient par leur absence depuis plusieurs semaines déjà, aux dires d'Hagai. La chasse frénétique aux bébés requins qui sévit dans la baie de La Paz serait-elle en cause? Il est à espérer que non. Quoi qu'il en soit, certains d'entre nous ont quand même eu la chance d'apercevoir un voilier et deux thazards au cours de ces deux plongées. Peut-être aurons-nous un peu plus de veine à une prochaine visite!
Pour notre dernière excursion, nous nous sommes rendus à Cabo Pulmo, petit village côtier planté à environ une heure et demie de route de Cabo San Lucas. Il y a une vingtaine d'années, devant les excès de la pêche commerciale dans la mer de Cortès et la dégradation consécutive du milieu marin, le gouvernement mexicain a décrété une interdiction de pêche dans cette zone et créé un parc national. Ces mesures ont donné des résultats inespérés, si bien que les poissons y sont aujourd'hui de retour en abondance, à la bonne fortune des plongeurs. Nous avons donc pris place à bord de deux petites embarcations pour nous rendre au site de notre première plongée, sur une mer singulièrement agitée. Deux mots nous viennent infailliblement à l'esprit au souvenir de ce site mémorable : diversité et multitude. Plusieurs bancs de poissons de diverses espèces erraient paisiblement au-dessus du récif et nombreuses étaient les anfractuosités qui hébergeaient un locataire. Si le corail comme tel nous a laissés que peu indifférents, par manque de richesse, la vie marine, elle, nous a franchement impressionnés. Partout où nous posions le regard, la vie battait à tout rompre! Nous garderons longtemps en mémoire l'étonnant attroupement d'une trentaine de tétrodons! Lorsque les guides ont sonné la fin de la récréation, plusieurs d'entre nous étaient heureux de remonter parce qu'ils grelottaient, mais les autres auraient certes préféré continuer à se délecter de cette douce ivresse que leur procuraient les profondeurs.
Pour la deuxième plongée, il avait été convenu d'explorer une autre section du même récif mais, lorsque le capitaine de l'un des bateaux a repéré l'énorme banc de carangues qui fréquente assidûment le secteur, un changement de plan s'est imposé : tous les membres du groupe allaient palmer aux côtés de ces milliers de poissons pendant toute la durée de la plongée. Judicieuse décision, car l'heure passée en leur compagnie nous a fait vivre d'exquises émotions, à commencer par l'émerveillement. Jamais nous n'avions vu une concentration de poissons aussi dense. Le banc de carangues s'étirait en entonnoir sur une hauteur d'une soixantaine de pieds. Il était d'une taille telle que nous avions amplement d'espace pour nous mouvoir sans nous gêner mutuellement, même si nous étions une quinzaine de plongeurs. Par surcroît, notre présence ne semblait nullement importuner nos hôtes. À certains moments, nous étions complètement « enveloppés » de poissons. Ils étaient tout autour de nous, en haut et en bas. Nous avions carrément l'impression de faire intimement partie de la cohorte. Quelle sensation de liberté! Comme le banc s'allongeait presque jusqu'en surface, nous avons même pu faire notre palier de sécurité en leur compagnie. De retour sur le bateau, nous savions que cette plongée allait désormais occuper elle-aussi une place de choix dans nos souvenirs.
À l'évidence, cette semaine de plongée en Basse-Californie se sera révélée rien de moins que mémorable pour notre groupe. Comme partout ailleurs, aucune rencontre n'est garantie, d'autant plus qu'à cet endroit, la diversité varie au rythme des saisons. Cependant, les lions de mer, requins-baleines et carangues seront toujours là pour le plongeur qui choisit bien sa période pour aller explorer cette région. Autrement, il risque tout simplement de faire d'autres rencontres, toutes aussi fabuleuses!

Le groupe,composé de Jamila, Denis, Linda, Pierre, Pauline, Martin, Annabelle, Dale, Louise, Monique, Renée, Péguy, Alain, Philippe, Jean-Pierre et Mario, a séjourné au Riu Santa Fe, à Cabo San Lucas, du 19 au 26 novembre 2012.


Plongée Sous Marine Lordatlantis ©Copyright 2003-2011- Tous Droits Réservés  - All Rights Reserved
 



Textes et photos sous marines gracieuseté de Mario Plamondon

Photos alentours gracieuseté de Pierre Langlais