Décembre 1986, la première fois que j’y allais. À l’époque, c’était par le canal touristique des hôtels que je découvrais cette île figée dans le temps. Un marché noir qui incitait l’achat du peso cubain à des taux qui permettait aux débrouillards de s’offrir certains luxes inabordables au citoyen de l’endroit. Au Rancho Luna de Cienfuegos,  un cubain du nom de René m’aborde sur le bord de la piscine et me demande cordialement si je serais intéressé d’apprendre à faire de la plongée sous-marine. Vous vous doutez bien de ma réponse.

Toujours dans l’esprit de découverte je décide également de participer à l’excursion qui nous ferait découvrir la Havane avec une soirée qui se terminerait au Tropicana.  Je suis tombé sous le charme de cette ville, des gens qui y habitent et l’hospitalité dont ils font preuve. Je suis devenu cubaïnomane et je dépasse maintenant les 25 visites sur l’île. Toutefois, les endroits visités se sont vite additionnées et il y avait déjà depuis 1992, soit 20 ans, que n’y était pas retourné. Les amis de l’époque, avec lesquels j’ai toujours des contacts, ont pour la plupart  pris racine à Miami à la recherche du rêve américain.

Par contre, c’est aux Plages de l’Est ou j’ai passé la plupart de mes vacances (1988-92) et où je me suis fait le plus d’amis plongeurs. Unis par un amour commun de la plongée, le seul but des 14 jours que je m’offait dès que mes moyens me le permettaient , était de remplir les pages de mon carnet de plongée. Mireya, Domingo, Jorge Bellido, Bebo et les autres plongeurs de la place ont tous une place de choix dans mes souvenirs. Celui qui est devenu mon frère et qui malgré la distance et les difficultés de communication est la raison première d’avoir choisi la Marina Hemmigway comme destination lors de cette brève visite, . Celle-ci est à proximité du Copabana, lieu où Octavio est le Maître de Plongée.

 

Pas de récit de plongée extraordinaire à vous raporter cette fois-ci. Le temps venteux ne nous permettra qu’une seule plongée du bord au Copacabana. Les vagues rendent l’entrée et la sortie relativement difficile mais Zoé se débrouille comme si elle avait déjà quelques années d’expérience alors que ce n’est que sa première plongée depuis cet été où elle a reçu son brevet de plongeur.  Je suis rassuré tout de même car avec Octavio et Ruly nous sommes entre bonne mains. Curieusement la plongée est quand même pas mal du tout et avec un peu plus de chance, nous aurions pu mieux découvrir les fonds de la région de la Havane. Mais le temps ne s’améliore guère et Éole de son souffle continu nous force à nous déplacer du côté de la Baie des Cochons.  Là également je retrouve Guillermo, un vieux copains de l’époque des Plages de l’Est, qui est maintenant maître plongeur à Caleta Buena où une lancha nous emportera sur un des mur et ses parois abruptes comme on retrouve généralement dans la région. Puis nous irons également faire une autre immersion en face de la Cenote à Giron même où une épave nous attend avec ses nombreux locataires.

Hormis ces quelques plongées, nous allons passer quelques journées à la Havane même question de contempler son architecture, ses restaurants et ses habitants souriants.  Une belle journée de pèlerinage à Santa Maria del Mar pour profiter de la mer et du sable .